le dernier livre de marc levy - Livre, Roman, Livre de poche et ebooks en français

» TOUT SAVOIR SUR LE DERNIER LIVRE DE MARC LEVY

» Accueil » le dernier livre de marc levy à découvrir sur le site livre-roman.fr


DECOUVREZ LE SITES LITTERAIRE
A BLOG OUVERT.FR

Pour découvrir les nouveautés au format poche et donner votre avis sur vos livres préférés
le dernier livre de marc levy



DECOUVREZ LES NOUVELLES SORTIES
EN LIVRES DE POCHE

Article sur le dernier livre de marc levy...

» enre narratif, les termes estoire et conte sont le plus souvent utilisés. Ainsi, Chrétien de Troyes écrit-il : « ore commencerai estoire ». À l'origine dévolue à la traduction de textes hagiographiques, cette langue vulgaire -
Le livre français - est vite utilisée par la littérature narrative.
Le terme se met à désigner progressivement un genre littéraire à part entière. Ainsi, dans
Lancelot ou le Chevalier de la charrette, Chrétien de Troyes écrit-il : « puisque ma dame de Champagne veut que j'entreprenne un livre , je l'entreprendrai très volontiers ».
Le terme commence alors à se rapprocher de son sens moderne, celui de récit fictif à épisodes centré autour d'un ou de plusieurs personnages.
Le livre français a tout d'abord été le récit d'une aventure fantastique, comprenant un personnage idyllique vivant une aventure idyllique elle-même.
Les livre de poches étaient au début destinés aux nobles et non au peuple.
Le genre littéraire Origines antiques du livre Article détaillé : livre grec.On peut faire remonter les origines du livre aux genres littéraires pratiqués dès l'Antiquité[1], comme l'épopée (l’Iliade, l’Odyssée d'Homère, l’Énéide de Virgile), les ouvrages historiques (d'Hérodote et de Thucydide), la tragédie et la comédie nouvelle (Ménandre, Térence) et même la poésie pastorale. C'est en puisant allègrement dans l'ensemble de ces genres qu'apparaît
Le livre français grec, qui se constitue vers le Ier s. av. J.-C. en un genre autonome, comportant déjà l'aspect composite qui le caractérise au cours des siècles suivants. C'est la première fois que sont rédigés, en prose, des ouvrages destinés à divertir leur public et développant une intrigue, sinon entièrement vraisemblable, du moins cohérente et plus réaliste que les personnages caricaturaux de la comédie ancienne ou du drame satyrique et que les protagonistes animaux de la fable.
Le livre français grec se caractérise par la place centrale accordée aux intrigues amoureuses et l'abondance des péripéties (enlèvements, pirates, fausses morts, scènes de reconnaissance...).
Les livresde Chariton, d'Achille Tatius ou d'Héliodore d'Émèse sont les principaux représentants du genre à nous être parvenus. Certains livresgrecs se rapprochent davantage de genres particuliers :
Daphnis et Chloé de
Longus est fortement influencé par la poésie bucolique grecque (Théocrite) et romaine (Virgile), tandis que les ouvrages de
Lucien de Samosate, courts et humoristiques pour la plupart, empruntent davantage aux dialogues philosophiques et aux ouvrages d'histoire.
L'un de ses ouvrages les plus connus, l’Histoire véritable, parodie les ouvrages d'histoire évoquant des peuples exotiques et les récits de voyages invraisemblables en multipliant les péripéties fantaisistes. Ces histoires ne sont pas encore qualifiées de « livres», mais tantôt d'histoires amoureuses, tantôt de drames, tantôt encore en employant le terme plasma (mot grec approchant notre concept moderne de fiction).
Les commentateurs des premiers siècles après J.-C. caractérisaient ces histoires comme fictives mais vraisemblables, ce qui les plaçait à mi-chemin entre les histoires mythologiques, fictives et invraisemblables, et les ouvrages historiques, dépeignant des événements réels et vraisemblables. À l'époque romaine sont rédigés des livresantiques en langue latine, comme les Métamorphoses attribuées à Apulée ou le Satyricon attribué à Pétrone.
Les sources du livre médiéval
La Chanson de Roland.Jusqu'au XIIe siècle, la chanson de geste et la poésie lyrique dominent le paysage littéraire et narratif, mais progressivement, un genre nouveau fait son apparition : le livre . Bien que novateur et original, il puise pourtant de nombreux motifs dans les genres littéraires qui l'ont précédé. Il est novateur car il mêle les exploits guerriers de la chanson de geste, la vision amoureuse de la poésie lyrique et puise dans les légendes celtiques.
La poésie lyrique
La rupture littéraire amorcée par l'apparition du nouveau genre de la poésie lyrique ne doit pas pour autant masquer une large continuité dans les thèmes et les motifs évoqués par le livre . Il hérite en premier lieu des personnages stylisés de la poésie lyrique : la dame y est une femme mariée de condition supérieure à celle de son prétendant ; l'homme vassal est obéissant à la dame, il est timide et emprunté devant elle et le losengiers est un personnage fourbe, un traître en puissance. Il reprend également le thème de la fine amor, cet amour secret, sacré dans lequel la femme est divinisée, sacralisée. Il hérite aussi de la Reverdie.
La Reverdie est un retour cyclique au printemps qui entraîne la contemplation de la dame par l'amant ainsi que son portrait élogieux fait d'associations entre la beauté de la nature et celle de la femme.
La sonorité est également une partie intégrante de la poésie lyrique, car la poésie ne peut se faire sans rimes et le lyrisme ne peut se séparer des sonorités, du rythme.
Cependant, le livre cier ne reprend pas ces thèmes à l'identique, très souvent il les réactualise, les modifie et les dramatise. Mais surtout, il substitue une nouvelle figure à celle du poète amoureux.
Le modus operandi de la séduction évolue : la femme ne se séduit plus par des paroles et des chansons mais par des actions.
Le personnage du poète est remplacé par le chevalier hérité des chansons de geste.
La chanson de geste
Le héros de la chanson de geste tient ses traits du héros épique. Il est vaillant, brave, il sait manier les armes, il allie la franchise à la loyauté et à la générosité. Par-dessus tout, il sait préserver son honneur. Parmi les nombreux motifs hérités de la chanson de geste, notons celui de la description des armes du chevalier, de ses acolytes ou de ses ennemis, celui des combats et des batailles qui s'en suivent ou bien encore ceux des embuscades, poursuites et autres pièges qui jalonnent le chemin du héros. On trouve également les scènes d'ambassade chères à la chanson de geste, les scènes de conseil entre un seigneur et ses barons ou encore le regret funèbre (lamentations sur un héros, un compagnon perdu) et la prière du plus grand péril.
Le livre français est une forme d’expression du libertinage intellectuel des siècles précédents tout en donnant au mot un sens nouveau.
La liberté de pensée et d’action dérive, avec le livre , à une dépravation morale, une quête égoïste du plaisir.
La vie en société est présentée comme un jeu de dupe, cynique avec ses codes et ses stratégies à apprendre ; la séduction y est un art complexe que l’on entreprend par défi, désir ou amour-propre ; la femme est identifiée comme une proie qui finit plus ou moins rapidement par céder au « chasseur ». Contrairement à la littérature clairement licencieuse, la forme du livre libertin est choisie, fine, raffinée et allusive.
Le XIXe siècle ou
Le livre français roi À la fin du XVIIIe,
Le livre français est parvenu à sa maturité. Sa forme et son esthétique ne changeront plus beaucoup jusqu'au XXe siècle.
Le format des livres , le découpage en chapitres, l'utilisation du passé de narration et d'un narrateur omniscient forment un socle commun peu remis en question.
Les descriptions et la psychologie des personnages deviennent primordiales.
Le livre français livre tique au format livre de poche
Le Chat Murr de
E.T.A. Hoffmann, édition de 1855.livre livre tique. Contrairement à ce qu'on pourrait penser, ce genre fut assez peu pratiqué par les livre tiques. Ainsi Byron, Schiller,
Lamartine,
Leopardi lui préfèrent le drame, la poésie, les mémoires ou le conte.
Les livre tiques sont toutefois les premiers à accorder une place au livre dans leurs théories esthétiques.
Le livre français livre tique se caractérise par une rupture avec la séparation des styles en vigueur à la période classique, une exaltation des sentiments et une recherche du pittoresque.
En Allemagne, les prélivre tiques et livre tiques se sont surtout illustrés dans le bildungslivre ou livre de formation : Wilhelm Meister de Goethe (1796), Henri d'Ofterdingen de Novalis (inachevé, 1801). Par ailleurs, l'oeuvre livre esque de Jean Paul et celle d'
E. T. A. Hoffmann sont à la fois abondantes et irriguées par une puissante imagination. Mais elles conservent essentiellement l'esthétique livre esque hétéroclite du XVIIIe siècle (
Laurence Sterne et
Le livre français gothique).
En France, les auteurs prélivre tiques et livre tiques se sont plus largement consacrés au livre : Madame de Staël, Chateaubriand, Alfred de Vigny (Stello, Servitude et grandeur militaires, Cinq-Mars), Prosper Mérimée (Chronique du règne de Charles IX, Carmen,
La
Double Méprise), Alfred de Musset (
La Confession d'un enfant du siècle), Alexandre
Dumas (
Le Comte de Monte-Cristo) George Sand (
Lélia, Indiana) ou encore Victor Hugo (Notre
Dame de Paris). Toutefois l'inspiration livre esque de Victor Hugo, qui puise à la fois dans le réalisme historique et social et dans
Le livre français populaire, est assez éloignée de l'esprit livre tique.
Dans un style proche d'Hugo, citons aussi l'Italien Alessandro Manzoni (
Les Fiancés, 1825-1827).
L'oeuvre de Stendhal enfin, marque la transition entre le livre tisme et le réalisme.
En Grande-Bretagne, c'est avec les soeurs Brontë et Walter Scott que
Le livre français livre tique trouve son expression. Réalisme et naturalisme
Le livre français réaliste se caractérise par la vraisemblance des intrigues, souvent inspirées de faits réels, ainsi que par la richesse des descriptions et de la psychologie des personnages. On y rencontre des personnages appartenant à toutes les classes de la société et à plusieurs générations successives dans une perspective souvent critique. Cette volonté de construire un monde livre esque à la fois cohérent et complet voit son aboutissement dans
La Comédie humaine d'Honoré de Balzac. Ce projet aura une influence considérable sur l'histoire du livre notamment dans la première moitié du XXe siècle. Outre Balzac, l'école réaliste française compte également Flaubert et Maupassant. Toutefois, ces auteurs ne se sont pas cantonnés au style réaliste (littérature fantastique pour Balzac et Maupassant, symbolisme pour Flaubert). À la fin du XIXe, le réalisme évolue d'une part vers le naturalisme objectif d'un Zola et d'autre part vers
Le livre français psychologique.
Le livre français russe a donné au livre réaliste plusieurs de ses chefs-d'oeuvre : Guerre et Paix et Anna Karénine de
Léon Tolstoï (1873-1877), Pères et fils de Ivan Tourgueniev (1862), Oblomov de Ivan Gontcharov (1858).
Enfin, l'oeuvre livre esque de
Dostoïevski, dont l'importance pour l'histoire du livre est fondamentale, peut par certains aspects être rattachée à ce mouvement.
Le réalisme s'impose également dans le reste de l'
Europe : George
Eliot et Anthony Trollope en Angleterre,
Eça de Queiroz au Portugal, Giovanni Verga en Italie.
En Allemagne et en
Autriche, le style Biedermeier impose un livre réaliste emprunt de moralisme (Adalbert Stifter).
Au début du XXe siècle, ce sont les écrivains américains tels que John Steinbeck, Jack
London ou
Ernest Hemingway qui perpétueront le style naturaliste. Couverture des Aventures du capitaine Hatteras de Jules Verne dans l'édition Hetzel.Avec la généralisation de l'alphabétisation, le goût de la lecture touche maintenant les couches populaires, notamment au travers des éditions bon marché distribuées par colportage et du livre feuilleton. Parmi les auteurs populaires du XIXe,
Eugène Sue, George Sand, Alexandre
Dumas et Paul de Kock.
Le XIXe siècle voit aussi la naissance de deux genres livre esques populaires :
Le livre français policier avec Wilkie Collins et
Edgar Allan Poe et
Le livre français de science-fiction avec Jules Verne et Herbert George Wells.
Le livre français satirique
La tradition satirique anglaise du XVIIIe siècle se perpétue avec des auteurs tels que Charles
Dickens, William Makepeace Thackeray ou, en France, Octave Mirbeau. Tout en intégrant certains aspects du livre réaliste, notamment l'importance des descriptions et l'ambition de présenter une « vue en coupe » de toute la société, c'est un livre populaire et bourgeois.
En Russie, le style satirique est illustré par Nicolas Gogol (les Âmes mortes, 1840), et par certains livresde
Dostoïevski (le Bourg de Stepanchikovo et ses habitants, 1859).
Le livre français à la conquête du monde
Le livre français moderne remplace peu à peu la poésie comme moyen d'expression privilégié de la conscience nationale des peuples qui accèdent à la modernité. Par exemple :
Eugène Onéguine livre en vers d'Alexandre Pouchkine (Russie, 1823-1831)
La
Lettre écarlate de Nathaniel Hawthorne (États-Unis, 1850)
Les mémoires posthumes de Bras Cubas de Machado de Assis (Brésil, 1881)
La mort et les jeunes filles d'Alexandre Papadiamandis (Grèce, 1903) Je suis un chat de Natsume Sôseki (Japon, 1905)
Le livre français comme univers
Des années 1880 aux années 1940,
Le livre français tend à rendre compte de toute l'expérience humaine individuelle (livre psychologique) ou collective (livre viennois et américain).
Les livresse font plus longs et cherchent à unir dans une structure unique des éléments hétérogènes. Article connexe :
Littérature moderniste.
Le livre français psychologique Vers la fin du XIXe siècle, de nombreux livre ciers cherchent à élaborer une analyse psychologique des personnages : derniers livresde Maupassant, Romain Rolland, Paul Bourget, Colette,
D.H.
Lawrence.
L'intrigue, les descriptions des lieux et, dans une moindre mesure, des milieux sociaux, passent au second plan. Henry James introduit un aspect supplémentaire qui deviendra central dans la suite de l'histoire du livre : le style devient le moyen privilégié de refléter l'univers psychologique des personnages.
Le désir d'approcher au plus près la vie intérieure des personnages amènera notamment au développement de la technique du monologue intérieur :
Le
Lieutenant Gustel, Arthur Schnitzler (1901),
Les Vagues, Virginia Woolf (1931), et plusieurs chapitres dUlysse de James Joyce (1922).
L'essor du livre psychologique reflète celui de la psychologie expérimentale (travaux de William James, frère de Henry, et de l'école viennoise), puis celui de la psychanalyse.
L'intérêt des livre ciers pour ces développements théoriques est illustré par exemple par
Le livre français
La conscience de Zeno d'Italo Svevo (1923).
Le livre français viennois
Au début du XXe siècle, plusieurs livre ciers reprennent le projet balzacien de construire un livre polyphonique reflétant tous les aspects d'une époque. Ce sera notamment le cas de plusieurs livre ciers viennois. Ainsi l'Homme sans qualités de Robert Musil (publication posthume en 1943) et les Somnambules de Hermann Broch (1928-1931) ont l'ambition de représenter, à travers le destin de quelques personnages, l'évolution des valeurs de la société occidentale. Ces deux livresintègrent de longs passages de réflexions et de commentaires philosophiques qui éclairent la dimension allégorique de l'oeuvre.
Dans la troisième partie des Somnambules, Broch élargit encore l'horizon du livre par la juxtaposition de styles différents : narratif, réflexif, autobiographique. On retrouve dans une certaine mesure la même ambition totalisante chez d'autres livre ciers viennois de cette époque (Arthur Schnitzler, Heimito von
Doderer, Joseph Roth) et plus généralement chez des auteurs de langue allemande tels que Thomas Mann, Alfred
Döblin ou
Elias Canetti (tout ce que Milan Kundera a appelé "le grand livre d'
Europe centrale").
Enfin, cette conception du livre se retrouve également chez le Français Roger Martin du Gard dans
Les Thibault (1922-1929) et l'Américain John
Dos Passos dans sa trilogie U.S.A. (1930-1936).
Epreuves de la recherche du temps perdu, avec les révisions de l'auteur.Articles détaillés : Marcel Proust et James Joyce.Avec À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et Ulysse de James Joyce, c'est la conception du livre considéré comme un univers qui trouve son aboutissement. C'est aussi la continuation d'une certaine tradition du livre d'analyse psychologique. Ces deux livresont également la particularité de proposer une vision originale du temps : temps cyclique de la mémoire pour Proust, temps d'une journée infiniment dilaté pour Joyce.
En ce sens, ces livresmarquent aussi une rupture avec la conception traditionnelle du temps livre esque inspirée de l'Histoire.
Enfin, ces deux auteurs ont également en commun leur virtuosité stylistique, homogène dans
La recherche, et plus éclectique dans Ulysse. On peut rapprocher l'oeuvre de Joyce de celle de l'Anglaise Virginia Woolf et de l'Américain William Faulkner.
L'ère du soupçon
La remise en cause du modernisme et de l'humanisme consécutive aux deux guerres mondiales entraîne un bouleversement du livre .
Le grand livre immanent et monumental disparaît au profit de récits plus personnels, plus irréels ou plus formels.
Les livre ciers sont alors confrontés à une double impossibilité : celle d'un récit objectif d'une part, et celle d'une transmission de l'expérience individuelle d'autre part. C'est entre ces deux limites que se construit pendant cette période une oeuvre livre esque dominée par l'angoisse et l'interrogation.
L'Ère du soupçon (1956) de Nathalie Sarraute marque cette étape. Cet essai peut passer pour le premier manifeste avant la lettre du Nouveau livre .
Le livre français existentialiste
De forts liens ont existé entre la philosophie existentialiste et le livre . Søren Kierkegaard, généralement considéré comme le précurseur de cette philosophie, s'est beaucoup intéressé au livre (voir p.ex.
Le Journal du Séducteur dans Ou bien… ou bien…). Selon lui, seul un récit subjectif peut rendre compte de ce qu'est réellement l'existence.
De fait, on peut observer l'émergence dans les années 1930 de livresfaisant écho aux concepts de la philosophie existentialiste. Ces livresse présentent souvent sous la forme d'un récit à la première personne, voire d'un journal.
Les thèmes de la solitude, de l'angoisse, de la difficulté à communiquer et à trouver un sens à l'existence y sont importants. Souvent, on y trouve également une certaine critique de la modernité et de l'optimisme humaniste. Ces auteurs utilisent généralement un style expressionniste hérité de
Dostoïevski. C'est sans doute Jean-Paul Sartre qui illustre le plus clairement ce lien entre littérature et philosophie. Son premier livre , la Nausée, avait été conçu d'emblée comme une mise sous forme livre esque de concepts philosophiques.
Le livre cier polonais Witold Gombrowicz, qui connaissait très bien la philosophie existentialiste, considérait également
Le livre français comme un moyen de rendre concrète la réflexion philosophique.
Dans le courant existentialiste il fait exception par la légèreté et l'humour de ses livresqui le place dans la lignée de Charles
Dickens. On pourra citer encore le cas d'Albert Camus, dont la philosophie, proche de l'existentialisme, a également nourri son oeuvre livre esque. Son style minimaliste, proche de celui des écrivains naturalistes américains, contraste toutefois avec l'expressionnisme d'un Sartre ou d'un Gombrowicz.
D'une façon plus générale, on peut retrouver des similitudes entre la pensée existentialiste et les livresde Knut Hamsun,
Louis-Ferdinand Céline, de
Dino Buzzati, Cesare Pavese voire de Boris Vian.
Enfin,
Le livre français japonais d'après-guerre (Mishima, Kawabata, Kobo Abe et plus encore Kenzaburo Oe) développe souvent des thèmes proches de l'existentialisme. Frontispice de la première édition de la Métamorphose de Franz Kafka.
L'invraisemblable était un élément essentiel du livre à sa naissance, mais il fut peu à peu exclu de la littérature livre esque, à l'exception de la littérature de genre (fantastique, merveilleux).
Au début du XXe siècle l'invraisemblable refait son apparition dans
Le livre français ainsi que dans la nouvelle. Il s'agit généralement d'une imagination sombre ou grotesque. Ainsi Franz Kafka plonge ses personnages dans un univers de cauchemar où l'on peut être condamné pour une faute qu'on n'a pas commise (le Procès, publication posthume en 1925), ou encore nommé à une charge qui n'existe pas (le Château, publication posthume en 1926).
L'influence de Kafka sera profonde sur tout
Le livre français du XXe siècle, et suscitera chez de nombreux écrivains une plus grande liberté face aux canons du réalisme. Parmi les nombreux livre ciers qui ont participé à ce renouveau de la littérature d'imagination, Mikhaïl Boulgakov, Boris Vian, mais également la génération du boom de la littérature latino-américaine, qui publie ses oeuvres principales dans les années 1960 et 1970 : Gabriel García Márquez, Alejo Carpentier, Julio Cortázar, Carlos Fuentes. Voir l'article réalisme magique. Ce mélange de réalisme et d'éléments fantastiques est toujours très présent dans
Le livre français d'aujourd'hui. Citons par exemple l'écrivain japonais Haruki Murakami, ou le groupe français de la Nouvelle fiction.
L'expérience totalitaire
La dimension tragique de l'histoire du XXe siècle s'est trouvée largement reflétée par la littérature de l'époque.
Les récits ou témoignages de combattants des deux guerres mondiales, d'anciens déportés ou de rescapés de génocides traduisent tout d'abord une volonté de partager une expérience tragique et de l'inscrire dans la mémoire de l'humanité.
Cependant la recherche d'une forme esthétique spécifique pour ces récits est tout à fait significative. Ceci n'a pas été sans conséquence sur la forme livre esque. On voit ainsi apparaître des récits non-fictionnels mais utilisant la technique et le format du livre . Citons par exemple Si c'est un homme (Primo
Levi, 1947), la Nuit (
Elie Wiesel, 1958) l'
Espèce humaine (Robert Antelme, 1947), Être sans destin (Imre Kertész, 1975). Ces récits auront à leur tour une influence sur la littérature livre esque, pour des auteurs tels que Georges Perec ou Marguerite
Duras.
Du fait de la censure, le recours à la fiction dans la dénonciation des crimes de la terreur soviétique est plus systématique.
Des livrestels que une journée d'Ivan
Denissovitch d'Alexandre Soljenitsyne (1962), un Tombeau pour Boris
Davidovitch de
Danilo Kis (1976), ou encore
La Plaisanterie de Milan Kundera (1967) ont été pour beaucoup dans la prise de conscience des méfaits du totalitarisme soviétique. Plus spécifiquement, c'est la destruction de la sphère de la vie privée, lieu par excellence du livre , qui est dénoncée dans ces oeuvres.
Enfin, on assiste au développement au XXe siècle d'un nouveau genre de livre , la dystop

Vous appréciez le dernier livre de marc levy ? Vous avez apprécié ce site sur le thème Livre de poche et ebooks en français? Vous apprécierez certainement nos autres sites de livres au format poche ou livres numériques.


Cliquez ici pour découvrir
notre site partenaire pocket.fr



Publicité
TELECHARGER DES LIVRES FRANCAIS AU FORMAT EBOOK PDF, EPUB et AMAZON KINDLE




Cette page vous est proposée par le site littéraire Livre-Roman.fr - Paris